©Groene Steden voor een duurzaam Europa

Lutter contre la hausse des températures : façades et toitures végétalisées

Les toitures et façades végétalisées se popularisent. Un nombre croissant d’administrations communales, d’architectes, d’urbanistes et de promoteurs de projets prennent conscience de la valeur et des possibilités de cette forme d’écologisation. Joop Spijker, le coordinateur de la recherche au département Écologie et bien-être de l’université de Wageningue (Wageningen Universiteit en Reseach – WUR), parle d’une révolution. « Nous sommes en pleine transition. En particulier dans le domaine de la construction, on se rend clairement compte du rôle que les espaces verts ont à jouer dans l’environnement urbain existant ».

Les toitures et façades végétalisées ont toujours existé, mais les chercheurs ne se sont jamais autant intéressés à cette forme de végétation qu’au cours des dernières décennies. L’effet des toitures et façades végétalisées sur la qualité de vie et en particulier sur le climat dans les villes, est devenu et est toujours un thème de recherche d’actualité au niveau tant national qu’international, ce qui a débouché sur l’établissement d’une longue liste de conditions préliminaires et d’affirmations soutenues sur les raisons pour lesquelles ces types d’espaces verts sont si importants en ville. L’un des effets importants est la lutte contre l’effet appelé « îlot de chaleur urbain ». La température moyenne en ville est plus élevée que dans la campagne voisine. La différence de température peut atteindre 10 °C. La végétation a également un effet positif sur la gestion de l’eau dans la ville, un bon recueil des eaux étant particulièrement important en cas d’averses massives. Or, il faut s’attendre à une forte augmentation de leur fréquence et de leur intensité sous l’effet du changement climatique.

Abaissement de la température

Pour Joop Spijker, c’est une évidence : « La végétation est une mesure très efficace pour réduire l’effet de chaleur. C’est le moyen le plus simple de lutter contre la hausse des températures en ville et d’absorber les pics de précipitations ». Il poursuit : « On n’a pas d’autre possibilité que d’inclure la végétation dans les projets et les plans de construction ». 10 % de végétation dans une ville réduiraient l’effet d’îlot de chaleur de 0,6 °C en moyenne.

façade végétalisées toitures végétalisées CG Concept Annuaire 2020 hausse des températures administrations communales architects urbanistes promoteurs de projets écologie environnement urbain Joop Spijker ville secteur vert espaces verts
© Groene Steden voor een duurzaam Europa

Un rôle déterminant est attribué dans ce cadre à la végétalisation des façades qui, combinée à la végétation des devantures et aux arbres de rue, contrecarre le réchauffement d’une rue. « En ce qui concerne la chaleur urbaine, les façades jouent un rôle plus important que les toitures. Par contre, la végétalisation des toitures est plus importante pour lutter contre les inondations causées par les pics de précipitations », explique M. Spijker. « En particulier la végétalisation des toitures de grands bâtiments tels que les halls d’usine, les hôpitaux et les bureaux aident à atténuer les effets des pics de précipitations, car la végétation retient une partie des pluies et permet au surplus de s’écouler plus lentement. Les toitures fortement végétalisées, qui ont une couche de substrat de plus de 15 cm, ont le plus grand effet et peuvent retenir entre 50 et 80 % de l’eau de pluie tombée qui peut s’évaporer par la suite ».

Si la végétation de toiture est combinée à un système propre de collecte et d’évacuation de l’eau, l’effet rafraîchissant est encore plus important. Les recherches montrent qu’« en période de sécheresse, l’effet rafraîchissant garanti par des toitures végétalisées avec système d’évacuation dure trois fois plus longtemps qu’avec des toitures végétalisées simples. La différence de température entre une toiture végétalisée sur bitume (toit noir) et une toiture végétalisée combinée à un système d’écoulement (toit vert-bleu) est en moyenne de 40 °C à l’heure la plus chaude de la journée ». Une sacrée différence !

Quoi qu’il en soit, il s’agit de la énième preuve que la végétation sur et contre des bâtiments a un effet extrêmement positif. 

Bénéfice pour la ville

Aux Pays-Bas, il existe plusieurs beaux exemples de toitures et de façades végétalisées, fonctionnellement et esthétiquement parlant. À Venlo, la mairie possède la plus grande façade végétalisée des Pays-Bas. À Delft, la toiture en pente durable, recouverte de pelouse, de la bibliothèque de l’université attire l’attention. À Eindhoven, le jardin aménagé sur la toiture du parking près de la tour lumineuse, accessible au public, est une aire de repos dans le centre-ville animé. À Rotterdam, le parc Marconi, aménagé sur le toit d’un parking, est le lieu de rencontre des riverains. 

La végétation en ville, quelle qu’en soit la forme, est toujours un atout. De nombreuses communes encouragent donc la construction de toitures et de façades végétalisées en offrant des subventions ou en proposant des prêts à taux intéressant.

Plus d’informations ? thegreencity.nl

 

façade végétalisées toitures végétalisées CG Concept Annuaire 2020 hausse des températures administrations communales architects urbanistes promoteurs de projets écologie environnement urbain Joop Spijker ville secteur vert espaces verts
© Groene Steden voor een duurzaam Europa
%d blogueurs aiment cette page :