Les espaces verts en ville / Priorité n°1 des Français

Plus de 8 Français sur 10 veulent vivre près d’un espace vert, et 6 sur 10 estiment que créer des espaces verts devrait être la priorité n°1 de leur ville, selon une enquête Unep-Ifop.

L’Union Nationale des Entreprises du Paysage (Unep) dévoile les résultats de l’étude « Ville en vert, ville en vie : un nouveau modèle de société », réalisée par l’Ifop auprès de la population française. Principaux enseignements : plus de 8 Français sur 10 cherchent à emménager à proximité d’un espace vert, et 6 sur 10 estiment que la création de nouveaux espaces verts devrait être la priorité n°1 de leur municipalité (devant les crèches).

Après les sirènes de la smart city, les Français plébiscitent désormais la green city : ils réclament une ville à la fois écologique et végétale, et rêvent d’habiter… à Fondcombe (Le Seigneur des Anneaux) ou Hautjardin (Le Trône de Fer) !

 

La création d’espaces verts

A la lecture des résultats de l’enquête, une conclusion s’impose : les Français plébiscitent le vert sous toutes ses formes ! Dans un contexte de restriction budgétaire pour les collectivités, 6 Français sur 10 estiment même que la création d’espaces verts devrait être la priorité n°1 de leur ville – devant les crèches et les équipements culturels !

Une demande qui n’est pas si surprenante : alors que le contact avec le végétal est un élément essentiel de bien-être quotidien pour 9 Français sur 10, dans les faits seuls 7 sur 10 ont accès à un jardin. Un chiffre qui stagne depuis 2006… et qui recouvre de fortes disparités : comme le montre l’analyse détaillée des données de l’enquête, pour profiter d’un coin de verdure mieux vaut être retraité, ne pas habiter Paris et… posséder une maison individuelle.

“Même si l’on constate une vraie prise de conscience de l’importance du végétal en ville – à l’image de Paris qui projette de végétaliser plus de 100 ha de toitures d’ici 2020, l’investissement des municipalités en faveur des espaces verts se situe aux alentours de 1,2 % de leur budget global. Un chiffre beaucoup trop faible, qui ne permet pas de satisfaire les fortes attentes de nos concitoyens,” commente Catherine Muller Présidente de l’Unep – Les Entreprises du Paysage .

Lorsqu’ils déménagent, les Français sont de plus en plus nombreux à prendre en compte la proximité d’un espace vert dans le choix de leur logement : c’est un critère « important » voire « très important » pour plus de 8 Français sur 10 (contre 7 sur 10 en 2008).

Une attente qui se traduit dans les comportements : à une époque où les rythmes de vie s’accélèrent, 8 citoyens sur 10 fréquentent régulièrement les espaces verts (+ 6 points par rapport à 2008), d’abord et avant tout pour s’y détendre, seul pour un moment de farniente, ou en famille et entre amis pour un moment de partage et de convivialité.

La ville idéale

Lorsqu’on demande aux Français à quoi ressemble leur ville idéale, ils imaginent une ville écologique (59 % des réponses), végétale (49 %) et spacieuse (37 %). En bref : une ville verte au sens plein du terme, à l’impact carbone limité, mais aussi respectueuse de la biodiversité grâce à une augmentation des espaces végétalisés.

“Nos concitoyens aspirent à la création de grands espaces verts, qui permettent d’oublier la ville et son rythme effréné et s’immerger dans un environnement apaisant, rafraîchissant et dépaysant,” explique Catherine Muller.

Ainsi, 7 Français sur 10 aspirent à de grands espaces : forêts urbaines (sur le modèle du Tiergarten de Berlin), coulées vertes ou grands parcs avec parcours sportifs (à l’instar du mythique Central Park de New York)…

 

La cité imaginaire préférée des Français

 

cite_imaginaire_preferee_des_francais_unep_ifop_mars_2016

 

“La cité imaginaire préférée des Français montre à quel point ils aspirent à une cité ou le végétal est roi. La suite n’est qu’une question de volonté politique. Parce qu’elles maîtrisent toutes les techniques pour réintroduire et développer la biodiversité urbaine et qu’elles connaissent parfaitement le fonctionnement et l’optimisation du vivant, nos entreprises du paysage sont déjà à l’oeuvre pour passer du rêve… à la réalité ! » conclut Catherine Muller.

Télécharger l’enquête.

%d blogueurs aiment cette page :